egan

 

Qu’avons nous fait de nos rêves ? avait au départ tout pour me plaire, le sujet (le rock’n’roll, des quadras désabusés), de bonnes critiques, et le Prix Pulitzer. J’ai vite déchanté. Dès les premières pages nous faisons connaissance avec Sasha, cleptomane, trentenaire, assistante d’un producteur musical Bennie Salazar. Ce même Bennie Salazar, divorcé, a délaissé la cocaïne pour les paillettes d’or…De chapitre en chapitre, nous passons d’un personnage à un autre, d’une période à une autre. On perd très vite nos repères. Il y a beaucoup plus de personnages que ce à quoi je m’attendais, comme l’annonce la quatrième de couverture, je pensais que ce roman se concentrait sur l’histoire de quatre personnages, les quatre y sont bien mais beaucoup d’autres gravitent autour d’eux, ont droit à leur chapitre et sont tout aussi importants. Ce qui m’a profondément dérangée à la lecture de ce roman, c’est qu’aucun des personnages n’a retenu mon attention, je ne les ai pas trouvé attachants, ils ont chacun trop de tares pour être crédibles, d’ailleurs j’en ai oublié bon nombre, parfois, j’ai eu du mal même à identifier qui était le narrateur. Le sujet de ce roman est un sujet en or, ici, Jennifer Egan n’arrive pas à m’émouvoir une seule seconde, la construction narrative élaborée m’a même gênée, et les PowerPoint, la lecture en est indigeste…C’est une énorme déception avec l’impression d’avoir franchement perdu mon temps, j’ai hésité à le laisser tomber plusieurs fois, mais je ne l’ai pas fait car naïvement je pensais que ça allait s’arranger…Ma naïveté me perdra…

 

 

 

ABC REDIMENSIONNE

challenge romancieres us redimensionné