dolto

Voici un autre volet de la série « grands destins de femmes » consacré cette fois-ci à la célèbre pédiatre Françoise Dolto. Conformément à la ligne directrice de cette collection qui s’attache à mettre en valeur les évènements qui font basculer le destin de ces femmes. Il est justement intéressant de découvrir l’enfance de celle qui dévoua toute sa carrière à l’étude des fonctionnements psychologiques de l’enfant.

L’enfance bourgeoise de Françoise Dolto se déroule entre une mère rigide qui lui préfère sa sœur aînée, un père plus souple mais souvent absent et Mademoiselle qu’elle rend folle avec ses questions existentielles. Au fil des ans, Françoise affirme sa singularité par son désir d’indépendance en voulant faire des études et avoir un métier (« médecin d’éducation » disait-elle), s’opposant ainsi aux valeurs traditionnalistes de sa mère. Ce sentiment d’incompréhension qu’elle éprouvait étant enfant, elle tâchera de l’appréhender et en fera son objet d’étude pour que l’enfant puisse trouver sa place au sein de sa famille et faire changer le regard de la société sur sa condition.

Avec acharnement elle réussit à décider ses parents de la laisser étudier. Elle passa brillamment son baccalauréat, devint infirmière, puis étudia la médecine avec son frère. Alors que la guerre éclate, elle appose enfin sa plaque de médecin.

Le trait est sobre, en noir et blanc, sans case. Le récit fluide, dynamique, à l’image de la vivacité d’esprit dont faisait preuve la petite Françoise.