Voici mon premier billet consacré à la poésie. Cette fois-ci j'ai choisi un poème de Paul Verlaine, consacré à Paris, où pour quelques jours encore je suis exilée...J'avais bien d'autres poèmes en tête, ("Sous le Pont Mirabeau", "A l'Arc de Triomphe" d'Hugo, ou encore "Paris" d'Aragon), "Sous le Pont Mirabeau" avait ma préférence jusqu'à ce que je tombe sur celui-ci, j'ai donc décidé de mettre cette découverte à l'honneur !

CONCIERGERIE www

www.photo-libre.fr

 

Paris 

Paris n’a de beauté qu’en son histoire,

Mais cette histoire est belle tellement !

La Seine est encaissée absurdement,

Mais son vert clair à lui seul vaut la gloire.

 

Paris n’a de gaîté que son bagout,

Mais ce bagout, encore qu’assez immonde,

Il fait le tour des langages du monde,

Salant un peu ce trop fade ragoût.

 

Paris n’a de sagesse que le sombre

Flux de son peuple et de ses factions,

Alors qu’il fait des révolutions

Avec l’Ordre embusqué dans la pénombre.

 

Paris n’a que sa Fille de charmant

Laquelle n’est au prix de l’Exotique

Que torts gentils et vice peu pratique

Et ce quasi désintéressement.

 

Paris n’a de bonté que sa légère

Ivresse de désir et de plaisir,

Sans rien de trop que le vague désir

De voir son plaisir égayer son frère.

 

Paris n’a rien de triste et de cruel

Que le poëte annuel ou chronique,

Crevant d’ennui sous le soleil d’une clinique

Non loin du vieil ouvrier fraternel.

 

Vive Paris quand même et son histoire

Et son bagout et sa Fille, naïf

Produit d’un art pervers et primitif,

Et meure son poëte expiatoire !

 

Paul Verlaine, Poèmes divers

 

Paris-pont_170

©m.hasson 

chromo-oiseau-couronnc3a9-ana-rosa12