Capture d’écran 2013-09-06 à 15

Un artiste désargenté un peu voyeur plaqué par sa femme. Son voisin obsédé sexuel qui a le pouvoir de donner vie à des personnages littéraires. Une enfant enfermée dans une pièce mystérieuse que personne ne peut voir sauf elle. Voici les voisins que le fantôme d’Emilie observe, accompagné par un chat malicieux très bavard.

Hôtel particulier fait resurgir les souvenirs des nouvelles fantastiques de Maupassant, Gautier ou Poe, lorsque des évènements surnaturels font irruption dans l’univers quotidien.

Le trait, le lavis noir et blanc de Sorel confèrent une atmosphère évanescente, sensuelle à ce récit empreint de mystère et de références littéraires.

Cet album est encore une bonne surprise qui me donne envie de suivre Guillaume Sorel dans son univers.