18 juin 2014

Le Club des incorrigibles optimistes, Jean-Michel Guenassia, Le Livre de poche

Ce pavé de près de 700 pages trônait dans ma bibliothèque depuis sa sortie en poche, des lustres donc… Malgré son succès critique et les bons échos autour de moi, ce Club des incorrigibles optimistes ne me disait rien qui vaille, les grands débats politiques, la guerre d’Algérie, ce n’est pas forcément mes sujets de prédilection… J’ai alors cédé sous la pression collective et commencé ma lecture à reculons pour finalement prendre plaisir à suivre le parcours de Michel au sein de cet étrange Club. Pour Michel Marini, petit fils... [Lire la suite]

12 juin 2014

La poésie du Jeudi : Fraises, figues, poulains et perdrix de Louis Baron

Je n'ai pas franchement d'activité en ce moment d'activité sur mon blog faute de temps pour lire et donc pour écrire...Par contre je n'aime pas rater le rendez-vous des poésies du jeudi !! En date d'aujourd'hui, j'ai trouvé dans le recueil Une année de poésie, 365 jours de bonheur, d'Albine Novarino-Pothier ce poème de Louis Baron, poète gascon du XVIIème siècle. Une véritable ode à ce pays de cocagne qu'est le Gers...         Fraises, figues, poulains et perdrix Tant que le Gers nous avoisine, Il fera... [Lire la suite]
Posté par Bene31 à 19:08 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 mai 2014

La Poésie du jeudi : Le nez fin, Battre la campagne, Raymond Queneau

Pour cette nouvelle édition des Poésies du jeudi, j'ai choisi ce charmant poème de Raymond Queneau, ce n'est pas un de mes auteurs favoris, mais j'ai bien aimé celui-ci ! Je l'ai trouvé dans le recueil Une année de poésie, 365 jours de bonheur, textes réunis par Albine Novarino-Pothier aux éditions Omnibus.   Le nez fin Prends un brin d’herbe et froisse-le entre la pulpe de tes doigts et tu sentiras parfois une odeur amère et parfois celle du printemps ... [Lire la suite]
Posté par Bene31 à 18:19 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 mai 2014

Le Horla, Guillaume Sorel d'après Maupassant, Rue de Sèvres

Au hasard des rayons de ma librairie, je suis tombée sur le dernier album de Guillaume Sorel. J’avais lu avec plaisir ses précédents albums, donc celui-ci fut aussitôt vu, acheté et lu. Sorel adapte ici la seconde version du Horla de Maupassant. Sur les bords de Seine, dans une grande et belle demeure, un homme mène une existence solitaire, avec un couple de domestiques, un chat pour seul compagnon. Il regarde passer les bateaux, parmi eux, un navire brésilien retient son attention. Depuis quelques jours, le maître des lieux se... [Lire la suite]
01 mai 2014

Poèsie du jeudi : Premier Mai, Les Contemplations, Victor Hugo, Pocket

En ce premier mai, je ne suis pas allée chercher très loin, puisqu'en allant voir ce qu'on pouvait trouver chez ce cher Victor Hugo, j'ai trouvé ce poème, sobrement intitulé "Premier mai", parfaitement de circonstance !!! ac de rennes, 10/01/2002, concours de dessin d'humour     Premier mai Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses. Je ne suis pas en train de parler d’autres choses ; Premier mai ! l’amour gai, triste, brûlant, jaloux, Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs et les loups ; ... [Lire la suite]
Posté par Bene31 à 08:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 avril 2014

A moi seul bien des personnages, John Irving, Seuil

John Irving est un fabuleux conteur. Il nous le prouve une nouvelle fois avec son dernier roman, À moi seul bien des personnages, parfaitement à la hauteur de sa réputation. Dans une petite ville du Vermont, durant les années 50, le jeune William grandit au sein d’une famille de doux dingues amateurs de théâtre. Comme toutes les familles de romans qui se respectent, celle-ci renferme bien des secrets, à commencer par celui qui entoure le père de Will, un jeune soldat qui les abandonna lui et sa mère. La mère de Will se remarie... [Lire la suite]

19 avril 2014

Murena, Le cycle de l'épouse et Les épines, Tome 9, J.Dufaux et P. Delaby, Dargaud

J’ai poursuivi avec bonheur ma lecture de l’intégrale de Murena. « Le cycle de l’épouse » rassemble les quatre albums suivants de la saga initiée avec « le cycle de la mère ». En 62, trois ans après la mort d’Agrippine, la belle Poppée, qu’Agrippine avait elle-même choisi, règne sur le cœur de Néron. Elle a bien des points communs avec la mère de l’empereur, goût pour l’intrigue, infatigable séductrice, ambition extrême, perversion. Néron même après la mort de sa mère, n’est guère mieux entouré. Quant à Murena, il... [Lire la suite]
Posté par Bene31 à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
17 avril 2014

Poésie du jeudi : La nuit de mai, Alfred de Musset, extrait, Poésie Gallimard

Cette fois-ci j'ai choisi un extrait de La nuit de mai, 1835, d'Alfred de Musset, un dialogue entre le Poète et sa Muse. Ici la Muse lui explique le lien entre la souffrance affective et l'inspiration poétique sous la forme d'une métaphore filée.   La Muse Crois-tu donc que je sois comme le vent d’automne, Qui se nourrit de pleurs jusque sur un tombeau, Et pour qui la douleur n’est qu’une goutte d’eau ? Ô poète ! un baiser, c’est moi qui te le donne. L’herbe que je voulais arracher de ce lieu, C’est ton... [Lire la suite]
Posté par Bene31 à 08:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
14 avril 2014

Murena, Le cycle de la mère, J.Dufaux et P. Delaby, Dargaud

J’ai eu beaucoup de chance à Noël dernier en recevant l’intégrale de Murena. Divisée en deux tomes, le « cycle de la mère » et « le cycle de l’épouse », cette édition est tout particulièrement soignée, dans un format légèrement plus grand, enrichie par des dessins d’étude des personnages et des couvertures des différents albums. Murena, fresque fortement documentée, est l’évolution de deux destins : celui de Néron  et de son ami Lucius Murena, patricien romain. Rome, 54. Sous le règne de l’empereur... [Lire la suite]
Posté par Bene31 à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
11 avril 2014

Les filles de Hallows Farm, Angela Huth, Folio, Gallimard

Cette fois-ci je retrouve Angela Huth, dont j’avais adoré le dernier roman Quand rentrent les marins, avec un de ses romans qui fut aussi un de ses premiers succès. Après mes retrouvailles ratées avec Elmore Leonard, je craignais qu’il en soit de même avec Angela Huth. Malgré un début un peu lent, on se demande quand l’action va commencer, il n’en fut rien, je prenais de plus en plus de plaisir à ma lecture, à me plonger dans l’univers de Hallows Farm et de ses personnages. En octobre 1941, M. et Mme Lawrence, leur fils Joe,... [Lire la suite]