chromo-oiseau-couronnc3a9-ana-rosa12Nous avons de la chance, il fait encore beau , du moins au moment où j'écris ce billet ! Alors autant profiter des derniers beaux jours ! Pour nous accompagner, Fernand Gregh, un poète parisien et cet extrait de son premier recueil (1896).

                                                                                    

 

Beaux jours d'octobre

 

En ces jours clairs, l'Automne au rêve nous exhorte ;

On prendrait son adieu pour l'éveil du printemps,

Si le bruit et le vol blessé des feuilles mortes

Imitaient les chansons et les ailes d'antan.

 

Mais en vain nous rêvons d'avril ! Voici les temps

Où l'âpre bise aura les neiges pour escorte.

Les cygnes noirs n'ont pas encor quitté l'étang,

Mais déjà le grand vent d'hiver sanglote aux portes.

 

Ainsi semble parfois si douce la tristesse,

Qu'on la prendrait pour du bonheur si, par moments,

Plein de cris et chargé de larmes prophétesses,

 

Un vent mystérieux ne soufflait brusquement

Une angoisse infinie et de proches tourments

Dans l'Automne doré des sereines tristesses.