abc poirot

Il y a bien longtemps que je n’avais pas ouvert un Agatha Christie ! En me mettant tout doucement aux polars, j’ai eu envie de revenir aux romans policiers à l’ancienne. Qui de mieux qu’Agatha Christie pour cela ?

Un dénommé ABC envoie d’étranges missives au domicile d’Hercule Poirot, le mettant au défi d’empêcher des meurtres qui vont avoir lieu à une date précise dans une ville désignée. L’initiale du nom de famille du cadavre est identique à celle de la ville, auprès de celui-ci on trouve à chaque fois le guide ABC, l’annuaire des horaires de train. Car à chaque meurtre, un innocent est tué et l’orgueil de Poirot en prend un coup, ce qui est purement inacceptable pour le détective belge. Le tandem Hastings/Poirot aidé par Scotland Yard, se lance ici dans une course contre la montre pour éviter que surviennent ces meurtres et démasquer le coupable. Bientôt les proches des victimes s’organisent pour médiatiser l’affaire, ils veulent eux aussi mener l’enquête. Poirot et Hastings n’ont jamais été aussi entourés et aidés dans leurs investigations, pourtant comme toujours, Hercule Poirot soupçonne tout un chacun, et dévoile dans un magnifique final qui est l’assassin.

On se laisse embarquer avec délectation dans cette histoire, portée par la mécanique implacable et l’humour d’Agatha Christie. Poirot et Hastings sont vieillissants, mais toujours aussi attachants et alertes pour résoudre les mystères. 

logo lacune redimensionné