débutantes

Dans son premier roman, J. Courtney Sullivan nous livre le récit de l’amitié de quatre jeunes filles de leur rencontre à l’université exclusivement féminine Smith College à l’aube de la trentaine.

Ces quatre jeunes filles sont voisines de palier dans la même résidence. Il y Célia, issue d’une famille d’origine irlandaise, dont la mère est un modèle difficile à suivre, working girl et super maman à la fois. Sally et Bree, les belles du Sud, même milieu social traditionnaliste, même éducation sauf que Sally a perdu sa mère et qu’elle lui manque cruellement…Et enfin April, qui vivait seule avec sa mère, à l’opposée de celle de ses amies, un peu grunge, engagée politiquement, féministe convaincue et qui doit travailler pour payer ses études.

Chaque chapitre se focalise tour à tour sur l’une des filles, ainsi leurs vies se déroulent peu à peu, se permettant de revenir en arrière sur l’enfance, une aventure sentimentale.

Cette amitié qui les lie est parfois remise en question mais elle représente un véritable refuge quand leurs vies prennent une tournure qu’elles n’auraient pas osé imaginer.

J’ai commencé ma lecture avec hésitation, je craignais d’y trouver une histoire de filles sirupeuse et mièvre, sans intérêt. J’ai pourtant pris plaisir à suivre le passage à l’âge adulte de ces quatre filles, sans pour autant me reconnaître en chacune d’elles, je me suis attachée à ces personnages. J.C. Sullivan aborde avec intelligence de nombreux aspects de la vie des femmes et de leur condition, même si cela est parfois convenu (comment vivre son homosexualité, le féminisme radical, le célibat, les rapports mère-fille). Lorsque le roman s’achève, les filles n’ont même pas trente ans, l’auteur nous réserve-t-elle une suite ?