répétition

Alléchée par tout le bien qu’on en disait, je découvrais cette jeune auteur néozélandaise avec bienveillance. Or j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman, j’ai été déroutée par la chronologie non linéaire mais aussi par les qualifications des personnages, puis peu à peu, l’écheveau s’est dénoué et je m’y suis retrouvée, mais difficilement tout de même…

Certes on pourra louer l’originalité du traitement du sujet (une élève abusée par son professeur, le scandale qui en découle, la sexualité adolescente, la perte de l’innocence et la mise en scène au théâtre de cette histoire) ainsi que la maturité littéraire dont fait preuve la jeune femme, son acuité psychologique. Mais de mon point de vue de lectrice, c’est comme si  les thèmes envisagés étaient trop importants pour être tous contenus au sein de cette même histoire. Je me suis profondément ennuyée pendant la lecture de ce roman. Pourquoi n’ai-je pas abandonné ma lecture ? Tout d’abord je n’aime pas faire ça, et puis il y a un je ne sais quoi qui vous fait persévérer.  Ceci fait toute la différence entre un roman où on s’ennuie car l’on sent qu’il a été écrit par-dessus la jambe et celui-ci, qui a tout de même une qualité littéraire certaine.