gardien feu

Depuis quelques années, lorsque je suis en vacances, j’essaie dans la mesure du possible  de choisir un livre en rapport avec mon lieu de villégiature. Cette année, j’étais en Bretagne et mon choix s’est porté sur Anatole Le Braz et son roman « Le Gardien du feu ».

 Le gardien en question s’appelle Goulven Dénès. Il adresse à son supérieur hiérarchique  le récit de ses derniers jours à son poste sur le phare de Gorlébella et ce qui l’a poussé au suicide. Ses ennuis commencèrent lorsqu’il rencontra la belle Adèle. Pourtant il fut heureux avec elle ! Jusqu’au jour où il découvrit une bien triste vérité à propos de son épouse…

J’ai littéralement été emballée par ce court roman. Je ne connaissais Anatole Le Braz que de nom, ce fut une belle découverte. J’ai admiré la finesse du style, parfois un peu désuet, son pouvoir de suggestion,  la construction du récit qui nous immerge dans les profondeurs de cette âme perdue.

Une histoire d’amour, d’adultère et de mort au cœur du Raz de Sein, aussi sauvage et indomptable que ses habitants.